......::::: Pratiques d'Anims, site de l'animation socioculturelle :::::......
   
LES CENTRES DE VACANCES
   
 

Selon l’article 2, titre 1er de l’arrêté du 19 mai 1975 les centres de vacances sont ainsi définis :

« Tout établissement permanent ou temporaire, où sont collectivement hébergés [à la différence des Centres de] hors du domicile familial, à l’occasion de leurs vacances scolaires, de leurs congés professionnels ou de leurs loisirs des mineurs de plus de 4 ans ».
Le temps du loisir des enfants s’est imposé au cours des années comme un droit universel. Les centres de vacances, issus directement de l’éducation populaire, sont un des moyens d’intervenir sur ce temps là.

LE CONSTAT ACTUEL

Nous observons aujourd’hui, l’apparition de nouveaux aspects au sein des centres de vacances.

L’aspect économique
Il est devenu incontournable. Les centres de vacances doivent être aujourd’hui compétitifs ce qui les poussent à s’inscrire plus ou moins dans une logique de consommation. Pour «attirer» les familles, des activités de plus en plus alléchantes sont mises en avant. Ces familles choisissent dorénavant le centre de vacances plus en fonction des activités proposées que du projet pédagogique élaboré.

L’aspect sécuritaire
Il s’est particulièrement développé ces dernières années et est devenu un point primordial. La sécurité morale, affective, physique, alimentaire et sanitaire n’est plus mise au second plan. La législation a été modifiée en se sens dans tous ces domaines, cela a permis aux organisateurs de séjours de prévenir aux mieux certains dangers grâce à une anticipation et à une préparation des séjours beaucoup plus poussée.
Cependant cet aspect prend une telle proportion qu’il ne faudrait pas tomber dans un excès sécuritaire au risque d’annihiler certaines activités. Chacun sait que le risque zéro n’existe pas.

LES VALEURS DEFENDUES

Les valeurs défendues par les centres de vacances sont nombreuses, elles ont toutes pour base le projet éducatif de l’organisme. La pédagogie de projet reste incontournable à tous les centres de vacances qui se veulent d’éducation populaire.

L’autonomie et la responsabilisation
Les centres de vacances contribuent énormément a donner un sens à ces deux valeurs. Ils sont moteurs d’une démarche éducative fondé sur la participation et permettent ainsi à l’enfant d’être sujet et non-objet .
La construction de la personnalité
Il est important de constater que le départ des enfants en centres de vacances a aussi pour objectif, le dépaysement, l’accès aux loisirs et le brassage social. Le brassage social est toutefois intimement lié à la politique financière qui englobe les centres de vacances. La barrière financière reste une grosse étape à franchir pour les familles qui ont des revenus moyens ou faibles.

QUI FREQUENTE LES CENTRES DE VACANCES ?

En 2001, les centres de vacances ont accueillis 1,3 millions d’enfants et d’adolescents.
- 48 % des enfants ont entre 7 et 12 ans.
- 49 % des enfants ont entre 13 et 18 ans.
La majorité des enfants qui fréquentent les centres de vacances font partis de deux catégories : Les classes les plus aisées et les milieux particulièrement aidés. Il reste donc le gros problème des classes moyennes qui, échappant à beaucoup de dispositifs d’aides n’ont pas les moyens financiers

L’AVENIR

Les centres de vacances ont-ils un avenir ? Cette question est plus que jamais d’actualité. En effet de nombreux éléments tendent à nous faire penser que ceux-ci ont un avenir incertain : La baisse de fréquentation, l’arrivée des grands groupes commerciaux privés, le statut de l’animateur, un coût de moins en moins pris en charge par l’Etat, la responsabilité des «encadrants».
La baisse de fréquentation constatée est peut être aussi liée à la multiplication des centres de loisirs sans hébergement qui restent un mode de garde beaucoup moins cher, mais aussi à une concurrence de plus en plus âpre.
les responsabilités qu’entraîne l’encadrement d’enfants freine aujourd’hui les animateurs et les directeurs. La rémunération du personnel encadrant n’est pas particulièrement motivante. Il en découle un manque d’animateurs lors des recrutements. De plus la profession étant fortement féminisée, la pénurie d’hommes pose des problèmes considérables pour l’encadrement des séjours.
Le temps du loisir est aujourd’hui devenu un droit universel. La place des centres de vacances au sein de l’organisation des loisirs en France est réelle et incontestable. Les valeurs défendues à travers des projets éducatifs sont plus que jamais d’actualité. Cependant malgré la qualité du travail effectué dans ces structures, leur avenir reste précaire.

 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
         
       
[Design by : Speedy Diz]